MOTEUR  DE RECHERCHE

Vous souhaitez retrouver rapidement une page ? Utilisez ce moteur de recherche en saisissant les mots-clés qui vous intéressent.


Accès membres

Mot de passe oublié ?


Calendrier
L
M
M
J
V
S
D
1
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Lettre d'information

S'abonner à la newsletter

Le poteau cornier

Le poteau cornier ou Eckpfoschte, est une pièce maitresse de la structure de la maison à pan de bois.
A l'origine, il était réalisé d'une seule pièce du sol au toît (bois long). Il est situé à l'extérieur dans l'angle formé par le pignon sur rue et le mur gouttereau donnant sur la cour.

 


A l'intérieur, cet emplacement correspond au ''coin du Bon Dieu'' (Herrgottwenkel), où sont conservés ou fixés au mur, les objets de piété familiale, souvent dans l'encoignure.
Cette poutre angulaire symbolisait à la fois la propriété et le soutien de la demeure paysanne. Il n'est donc pas étonnant que cette pièce de bois, située à un emplacement stratégique, soit fréquemment dotée d'inscriptions côté rue : date de construction, inscriptions patronymiques, symboles chrétiens, emblèmes et inscriptions ayant un rapport étroit avec la vie professionnelle et affective du propriétaire. Le  nom de l'épouse est souvent féminisé, et se termine par le suffixe "in".
Ci-dessous: Richert devient Richertin ou Richertininin.

ABCD
  1. 1566 
  2. 1693 
  3. Ecole évangélique de Geudertheim, année 1759,  Georges Kieffer membre du magistrat, Diebold Klein membre du magistrat régent, Jean Clauss et Tro (phime) Schneider comme maître-charpentiers, CE RO ES NI (?) 
  4. Cette maison a été construite par Michel Moritz et son épouse Anna Barbara Richert (inin), Zutzendorf année 1782
   
 A B C D

                                                                                       

  1. 1628, colone à vis ou vis de feu (Fihrschrüb). Représentant le feu, elle est interprété comme une protection contre les incendies.
  2. 1655, emblème de charpentier
  3. 1803, emblème de charron
  4. 1848, Michel Geiser et Thérèse Schall en l'an 1848

Ces ornements étaient entaillés à la gouge (Kerbschnitt), et le creux de ces entailles, était souvent relevé en blanc ou en couleur.

Ceci en Basse-Alsace. En effet, dans le Sundgau, ce n'est pas le poteau cornier qui sert de support à ces inscriptions, mais la sablière d'étage.

Courrier: ASMA  BP 90032 67270 HOCHFELDEN  Téléphone: 07 86 20 53 88  -  Courriel: contact@asma.fr
  © 2012 ASMA  |  mentions légales    réalisation : agence web unicréa